Immobilier de bureaux : offre et demande placée en hausse à Marseille

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

Après un deuxième trimestre peu actif, le marché des bureaux marseillais voit sa demande placée rebondir pour atteindre 16 200 m² de surfaces commercialisées, à la faveur d'une meilleure tenue du segment des grandes transactions, selon l'étude « Property Times Marseille troisième trimestre 2016 », publiée ce jour par Cushman & Wakefield. Depuis le début de l'année, les mouvements d'entreprise ont ainsi porté sur 45 700 m² de bureaux, en hausse de 16 % d'une année sur l'autre. Grâce à ces bons résultats, le marché phocéen rattrape le retard accumulé en début d'année et se rapproche du volume moyen observé à cette période de l'année (47 400 m²).


« L'activité transactionnelle de ce troisième trimestre se caractérise par un rebond des transactions portant sur des surfaces supérieures à 1 000 m² : 7 800 m² au troisième trimestre dont les prises à bal de AMPM sur 2 700 m² et 1 400 m². Sur les autres créneaux, les commercialisations ont été moins actives ». précise Magali Marton, Directrice des Etudes chez Cushman & Wakefield. « La répartition géographique de ces mouvements a aussi évolué, marquant un recentrage des utilisateurs sur le marché d'Euroméditerranée 1 tandis que le secteur Nord a vu son volume d'activité continuer à augmenter ».


La demande placée est orientée à la hausse, mais l'offre aussi. Elle culmine à la fin du troisième trimestre 2016 à plus de 176 000 m² (+27 % en 9 mois), soit un taux de vacance de 4,1 %, inédit sur l'agglomération phocéenne. Ces disponibilités immédiates sont importantes sur le segment des surfaces supérieures à 1 000 m², qui totalisent quelque 118 000 m² de bureaux vacants répartis sur une cinquantaine d'immeubles. Sans surprise, les deux secteurs les plus offreurs restent Euroméditerranée / Centre-Ville et le Sud de l'agglomération. Cumulés, ils concentrent près de 65 % de l'offre immédiate, mais comptent relativement peu de bureaux neufs.


« Promoteurs et investisseurs restent dans l'attente de la confirmation des bons résultats relevés au troisième trimestre pour lancer de nouveaux projets » conclut Lucile de Malet, directrice Bureaux Marseille de Cushman & Wakefield. « Cette tendance se traduit par un volume d'opérations en chantier assez faible (24 300 m² en 2017, et d'à peine 15 000 m² en 2018). Au-delà, les projets dotés d'un permis de construire sont pourtant nombreux (près de 100 000 m²), pour des livraisons annoncées entre 2018 et 2020, tant sur Euroméditérranée que sur l'Est ou le Nord de l'agglomération. »

Le flash

займ онлайн