Immobilier d’entreprise : Londres, Paris et Berlin dans le trio de tête des villes les plus attractives du secteur technologique

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

 

CBRE publie son classement exclusif des villes d’Europe qui comptent dans le secteur technologique. Alors que la première place est assurée par Londres, la Capitale Française talonne de près sa camarade anglo-saxonne à la seconde place. Berlin complète le podium en troisième position.


Suivent ensuite les villes de Munich et Madrid pour le top 5. Pour établir ce classement, CBRE s’est basé sur différents critères que sont la croissance, les emplois dans le secteur technologique, le nombre de m² pris à bail chaque année, le nombre de start-up créées et de brevets déposés, et enfin leur attractivité auprès des jeunes talents et des diplômés.


Paris, une place capitale du secteur technologique
Le secteur technologique correspond en moyenne chaque année depuis 10 ans à 12% des surfaces prises à bail à Paris, soit environ 144 000 m².


« Aujourd’hui Paris propose des immeubles de plus en plus en adéquation avec la culture des entreprises technologiques, qui ont des attentes spécifiques quant à leurs bureaux. Ils recherchent en effet des locaux idéalement situés au cœur de la Capitale et proche des transports, avec une attention particulière à leur environnement de travail et le design des bureaux, leur permettant notamment d’attirer les jeunes talents. », analyse Alexandre Fontaine, Directeur de département Bureaux Paris chez CBRE.


La Capitale est ainsi devenue un des « hubs » technologiques le plus important d’Europe. Cela s’explique par un ensemble de facteurs : l’importance du capital risque investissant dans Paris, un profond bassin d‘employés qualifiés dans la technologie, des formations de haute qualité notamment en mathématiques et en informatique ainsi que le développement d’écoles spécialisées comme l’Ecole 42 de Xavier Niel et le développement d’incubateurs de start-up comme à la Halle Freyssinet, le plus grand du monde, avec plus de 1 000 entreprises étendues sur plus de 30 000 m².


Paris se distingue également par la diversité des sous-secteurs technologiques : services web, e-commerce, ad tech, publicité numérique et fin tech mais aussi jeux numériques, hardware ou encore ESN. A Londres en revanche, l’économie technologique est concentrée principalement sur les services web et le software.

Le flash